Comment devenir le meilleur ?
Accueil > Médias > Comment devenir le meilleur ?

Comment devenir le meilleur ?

Comment devenir le meilleur ?

Ce qui fait d’une personne qu’elle est « la meilleure » est tout à fait subjectif, d’autant plus que la compréhension de ce concept diffère totalement d’une personne à l’autre.

Il est difficile de définir clairement l’idée d’« être le meilleur ». Ce qui fait d’une personne qu’elle est « la meilleure » est tout à fait subjectif, d’autant plus que la compréhension de ce concept diffère totalement d’une personne à l’autre. Il existe toutefois des solutions concrètes pour celles et ceux désireux de réaliser leurs rêves et d’arriver à leurs fins. D’ailleurs, comme le dit une fois si justement le philosophe chinois Lao Tsu : « un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas. »

- Déterminez en quoi vous souhaitez devenir le ou la meilleure.

« Être le meilleur » est un concept difficile à définir, aussi, il est important de lui octroyer une certaine consistance en se donnant un but à atteindre. Réfléchissez à vos points forts et aux domaines dans lesquels vous pouvez vous améliorer, puis voyez ce qui peut apporter de la matière à votre personnalité. Les recherches démontrent que l’on est plus enclin à atteindre un objectif si l’on en a véritablement la volonté et si l’on est prêt à travailler suffisamment dur pour cela.

Vous pouvez par exemple décider de devenir auteur(e) à succès, à l’origine de chefs-d’œuvre de la littérature ou encore journaliste d’investigation qui découvre les aspects les plus sombres de la psychologie humaine. Vous pouvez également décider de devenir un citoyen engagé et vous investir dans la politique ou en devenant un militant.

Commencez par coucher sur papier les buts que vous rêvez d’atteindre. Contentez-vous d’écrire les grandes lignes, sans trop rentrer dans les détails quant aux moyens à mettre en œuvre pour les réaliser : vous y arriverez assez tôt. D’ailleurs, Henry David Thoreau, un célèbre philosophe et écrivain, n’avait-il pas dit un jour « Si vous avez construit des châteaux dans les nuages, votre travail n’est pas vain, c’est là qu’ils doivent être. À présent, donnez-leur des fondations »

Lors d’un discours d’ouverture à l’université de Stanford, Steve Jobs, célèbre inventeur et entrepreneur expliqua qu’il se posait la même question chaque matin, à savoir : « Si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie, aurais-je vraiment envie de faire ce que je m’apprête à faire aujourd’hui ? » Si la réponse était négative, il faisait autre chose ! Vous pouvez tout à fait vous poser la même question chaque matin.

- Pensez le problème comme il se doit.

Maintenant que vous avez dressé une liste des belles choses que vous souhaitez accomplir, vous devez penser le problème, afin de ne pas vous retrouver submergé au moment de vous accomplir. Il est facile de baisser les bras et de ne pas se sentir capable d’atteindre ses objectifs, plus particulièrement lorsque vous êtes au début du processus.

Pensez à vos objectifs de manière à les placer devant vous, pour les atteindre, sans les reléguer en arrière-plan. De plus, il y a de fortes chances pour que vous réussissiez à atteindre vos objectifs si ces derniers sont positifs !

Survivant d’un camp de concentration nazi, Viktor Frankl expliqua qu’il avait survécu grâce à sa liberté « d’adapter son attitude en fonction des circonstances et de faire ses propres choix ».

En refusant de céder son libre arbitre aux nazis, monsieur Frankl a été capable de transformer une situation à priori complexe, en une situation au sein de laquelle il avait le contrôle de ses propres choix. Selon l’auteur de cette réflexion, c’est bien cette attitude qui lui a permis de survivre.

Juste après avoir fêté ses 21 ans, Stephen Hawking, l’éminent théoricien en physique et cosmologiste, avait été diagnostiqué avec de la sclérose latérale amyotrophique. Il s’agit d’une dégénérescence progressive des motoneurones du cortex cérébral, qui lui laissait à peine plus de deux années à vivre.

Au lieu de se laisser submerger par sa situation, monsieur Hawking explique qu’il s’est inspiré de deux éléments pour travailler encore plus dur : la conscience que d’autres personnes devaient sans doute passer par des évènements plus durs encore que sa maladie et le peu de temps qu’il lui restant sans doute pour atteindre ses objectifs.

- Dessinez-vous un but précis.

Une fois que vous avez pointé vos objectifs sous un angle positif, assurez-vous que vous êtes dans la capacité de les atteindre concrètement. Le meilleur moyen d’y parvenir consiste à les rendre aussi précis que possible. En dessinant des objectifs aussi clairs que possible, non seulement vous obtiendrez le résultat escompté, mais vous obtiendrez également une forme de satisfaction et de bonheur !

Imaginons par exemple que sur votre liste d’objectifs à atteindre, vous ayez écrit « devenir Batman ». Au lieu de vous raisonner en vous disant qu’il s’agit d’un personnage de fiction et que vous ne pouvez pas l’incarner, interrogez-vous plutôt sur la manière dont vous allez vous y prendre pour ressembler à Batman. Faites le point sur les particularités et valeurs de Batman que vous aimeriez partager, pour mieux adapter vos objectifs.

Voici quelques suggestions : vous pouvez revêtir le costume de Batman et travailler auprès d’enfants hospitalisés dans un service d’oncologie. Pourquoi ne pas aider les plus démunis en donnant de l’argent ou de votre temps dans une association de lutte contre la pauvreté ? Vous pouvez tout aussi bien embrasser le métier de policier, ce qui vous permettrait non seulement de revêtir un véritable uniforme, mais également de combattre le crime !

- Pratiquez la pensée positive.

Il existe des techniques de pensée positive qui peuvent vous aider à atteindre votre objectif d’être le meilleur(e). Il a été prouvé scientifiquement que la pensée positive aide effectivement à améliorer ses capacités sportives et intellectuelles. De nombreux sportifs (comme Muhammad Ali ou encore Tiger Woods) ont fait appel à cette technique pour les aider à remporter la victoire lors de matchs, de courses et de championnats.

Notez d’ailleurs qu’il existe deux techniques simples : la visualisation des résultats et la visualisation du processus, que vous pouvez combiner pour obtenir des résultats probants.

La visualisation des résultats consiste à vous imaginer en train d’atteindre l’objectif fixé. Cette technique demande une visualisation aussi détaillée que possible et que vous fassiez appel à tous vos sens. Concrètement, vous devez imaginer la personne qui sera à vos côtés le jour « J », les odeurs qui vous entoureront, tout comme les bruits, les vêtements que vous porterez, l’endroit, etc. Vous pouvez d’ailleurs dessiner ce moment ou créer un « tableau de visualisation » afin d’exprimer concrètement cette vision mentale.

Le processus de pensée positive induit que vous imaginiez toutes les étapes par lesquelles vous devez passer pour atteindre votre objectif. Imaginez chaque action que vous devez mener pour atteindre votre objectif de devenir le meilleur(e). Toujours dans l’optique de devenir « Batman » (du moins aux yeux des enfants hospitalisés), vous pouvez imaginer tout ce dont vous aurez besoin pour réaliser chaque étape : trouver le déguisement, contacter les hôpitaux de votre région, apprendre à parler comme Batman, etc.

- Pratiquez l’action positive.

Si la pensée positive ou visualisation donne de bons résultats, vous devez l’associer à l’action positive. Vous devez travailler activement pour atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés : ne vous contentez pas de fantasmer sur la réussite en elle-même. C’est à ce moment crucial que la pensée positive intervient. En effet, une fois que vous avez visionné chaque étape qui vous mènera vers l’accomplissement de votre but, vous arriverez plus facilement à les passer dans la réalité.

Si vous projetez de devenir écrivain, vous devez par exemple vous exercer à écrire, cela, chaque jour qui passe, même s’il ne s’agit que d’un paragraphe. Vous pouvez également rejoindre un club d’écriture, suivre des cours d’écriture, participer à des concours ou faire publier vos écrits, afin que tout le monde puisse voir de quoi vous êtes capable. Demandez à vos amis de donner leurs impressions. Aussi, comme nous le rappelle si bien le très célèbre Stephen King, il faut rester positif, même lorsque cela peut sembler difficile : « Arrêter un travail parce que c’est difficile émotionnellement ou au niveau de l’imagination est une bien mauvaise idée. »

Si vous prévoyez de devenir philanthrope, commencez par de petites actions. Si vous n’avez pas beaucoup d’argent, donnez plutôt de votre temps au sein d’une banque alimentaire ou d’une association caritative. Pourquoi ne pas donner des cours de langue ou de soutien aux enfants défavorisés ? Vous n’avez pas besoin d’être celui qui éradiquera la faim dans le monde ! Contentez-vous de faire la différence en étant inspirant d’autres personnes (on parle d’effet domino).

- Intéressez-vous aux succès d’autres personnes.

Renseignez-vous sur ce que d’autres personnes ont fait, en particulier les personnes qui ont atteint les mêmes objectifs que vous vous êtes fixés, mais en suivant leur propre chemin. Vous vous rendrez compte que ces histoires partagent quelques similitudes.

Prenons l’exemple de l’athlète Jesse Owens qui remporta quatre fois la médaille d’or lors des Jeux olympiques d’été de 1936. Cet homme avait été élevé au sein d’une fratrie de 10 enfants ! Cela ne l’a pourtant pas empêché de nourrir une véritable passion pour la course à pied et de s’entrainer avant d’aller à l’école, puis de travailler dur en rentrant chez lui. Monsieur Owens dut subir par-dessus le marché ce racisme ambiant caractéristique de l’époque, lorsqu’il participait aux évènements sportifs, aux États-Unis comme en Allemagne. Malgré cela, il réussit à mettre à terre la propagande qui reposait sur la supériorité de la race arienne, ceci, en pleins Jeux olympiques de 1936.

Valentina Terechkova fut quant à elle la première femme à être envoyée dans l’espace. Sachez que cette ouvrière d’usine de textile était passionnée par le parachutisme. Ce fut d’ailleurs cet intérêt pour le parachutisme qui lui permit d’être choisie parmi 400 candidats. Madame Terechkova fit preuve de ténacité en participant au programme d’entrainement pour le moins intensif auquel elle était soumise, ténacité qui lui valut d’ailleurs un doctorat en sciences techniques quelque temps après son retour sur Terre.

- N’abandonnez jamais.

Si vous souhaitez devenir le meilleur dans le but d’impressionner ceux qui vous entourent, vous pouvez enterrer votre projet avant même d’avoir commencé. Ceci s’explique par le fait que les personnes qui atteignent un tel objectif ne sont pas perçues comme étant les meilleures de prime abord. Si nous reprenons l’exemple de Stephen King, sachez que son roman, « Carrie », était considéré comme invendable. L’histoire veut qu’un million de copies trouvassent preneurs au cours de la première année de parution. Cependant, comme l’auteur expliqua plus tard, il ne pouvait faire autrement que de continuer à écrire, art qu’il avait choisi par passion : « Je l’ai fait par pur plaisir, alors si vous faites quelque chose par pur plaisir, vous pouvez continuer ainsi indéfiniment . »

Du côté des auteurs célèbres, la liste des œuvres rejetées dans un premier temps est relativement fournie. Ainsi, l’on peut citer les premiers romans de Jane Austen, rejetés par de nombreux éditeurs, mais à ce jour, elle fait partie des plus grands auteurs de langue anglaise, ceci depuis au moins 200 ans. Dans l’univers de la science-fiction, citons Franck Herbert, auteur de l’un des plus grands succès littéraires du genre de tous les temps, à savoir « Dune ». Rejetée 23 fois par les éditeurs, l’histoire fut acceptée par un professionnel qui n’était pas certain d’avoir fait le bon choix !

L’histoire des sciences compte également de nombreux grands noms dont les contemporains pensaient qu’ils avaient tort ou encore qu’ils étaient mentalement dérangés. Par la suite, les progrès scientifiques sont venus prouver la véracité de leurs découvertes. Entretemps, nous pouvons citer Galilée qui en 1610 donna raison à Copernic, ceci publiquement, concernant la révolution de la Terre autour du Soleil. Mal lui en a pris, car malgré la véracité de ce fait scientifique, l’Église catholique condamna l’homme pour hérésie, laquelle fut officiellement pardonnée en 1992 seulement par le Vatican !

- Tirez des leçons de vos erreurs.

Cela peut sembler banal, mais vous ne pourrez devenir le meilleur en refusant d’apprendre de vos erreurs. Les personnes qui tendent à répéter indéfiniment les mêmes erreurs ont peu de chance de s’améliorer . Scott Berkun, auteur à succès et inventeur, explique qu’il existe quatre sortes d’erreurs communément faites, qui peuvent être évitées.

Les erreurs bêtes : on parle d’erreur bête lorsque vous ne commandez pas le bon café, que vous oubliez vos clés à l’intérieur de votre logement ou que vous vous cognez l’orteil contre une marche en montant. Puisque nous sommes des êtres humains, nous pouvons être certains de faire des erreurs stupides de temps en temps et qu’il n’y a pas grand-chose à faire pour les éviter.

Les erreurs simples : il s’agit d’erreurs qui auraient pu être évitées, mais qui résultent de l’enchainement de mauvaises décisions. On peut parler de simple erreur lorsque vous vous retrouvez obligé de payer des pénalités de retard pour un film que vous avez loué, faute de moyen pour aller le rendre à temps au loueur, votre voiture étant coincée au garage pour son entretien annuel. Ces erreurs simples peuvent être évitées, à condition toutefois que vous déceliez l’élément qui a permis une telle tournure.

Les erreurs conscientes : ces erreurs demandent un peu plus d’efforts de votre part afin d’éviter qu’elles se produisent, même si vous savez pertinemment comment les empêcher. Il peut s’agir de la consommation de bacon à chaque repas, d’arriver en retard à chaque rendez-vous au cinéma avec vos amis, de l’envie de terminer l’écriture d’un roman sans faire l’effort de trouver le temps pour cela. Ces erreurs demandent une certaine quantité de remise en question, de conscience afin de ne pas les répéter, d’autant plus qu’elles ont tendance à se transformer en mauvaises habitudes.

Les erreurs complexes : elles sont loin d’être sans conséquence et il est difficile d’éviter de les répéter. Il peut s’agir d’une relation amoureuse ou d’une entreprise qui capote ou des actions qui ont des conséquences particulièrement négatives et pour le moins inattendues.

Questionnez-vous à propos des erreurs que vous avez commises. Si cela peut se révéler difficile de revoir ses erreurs en détail, il est essentiel de les décortiquer pour en tirer des leçons. Trouvez les éléments qui ont fait défaut et qu’il faut changer en commençant par vous demander : « À quoi ai-je pu penser dans une telle situation ? » ou encore « Quels étaient mes objectifs à ce moment-là ? »J.K. Rowling parle d’ailleurs très ouvertement de ses échecs passés, à savoir être une très jeune mère seule, à peine sortie de l’université, sans revenus et pour couronner le tout, de nombreux refus de la part des éditeurs. Toutefois, l’auteure considère cet ensemble d’éléments comme une source de motivation qui l’a poussé à écrire. L’échec devenait « une manière de se débarrasser du superflu », d’une façon pour elle de se rendre compte que la réalisation de ses plus grandes peurs ne l’empêcherait pas de réussir.

Les personnes qui demandent conseil et soutien à ceux qui les entourent, qui demandent de l’aide alors qu’elles continuent à répéter les mêmes erreurs sans donner l’impression de changer, qui demandent une critique honnête de leur travail, sont bien plus enclines à réussir à long terme. Il leur suffit de se pencher vers des personnes qui les aiment et qui sont prêtes à les encourager, qui donneront un avis efficace, plutôt que laconique et brutal.

- N’abandonnez pas.

La ténacité et la persévérance sont les signes que vous êtes le meilleur(e).

Imaginez si Jesse Owens avait abandonné sa passion à cause du racisme : aurait-il pu remporter quatre médailles d’or et battre de nombreux records ?
La persévérance va de pair avec les leçons que vous tirez de vos erreurs. Si vos efforts ne donnent aucun résultat dans un premier temps, ne vous arrêtez pas, tout en gardant en tête les leçons que vous avez tirées de vos erreurs. Vous pourrez ainsi améliorer les points qui ont besoin de l’être. Si vous avez par exemple des objectifs littéraires sans toutefois avoir un agent pour s’occuper de placer vos écrits, voici quelques idées à méditer : peut-être votre manuscrit a-t-il besoin d’être réécrit ? (demandez l’aide d’un ami ou d’un proche pour la relecture), peut-être encore l’autopublication serait-elle la solution ou peut-être devriez-vous continuer à démarcher les professionnels, comme l’a fait J. K. Rowling et son Harry Potter rejeté une douzaine de fois ? D’ailleurs, l’auteure s’était entendu conseiller de ne pas quitter son travail !

Autre histoire intéressante, celle de Walt Disney. L’homme fut tout bonnement licencié par le journal qui l’employait, sous prétexte qu’il n’avait aucune imagination et encore moins de bonnes idées. Par la suite, il fut obligé de dissoudre sa première entreprise cinématographique faute de pouvoir s’acquitter des factures qui lui incombaient. S’ajoute à cela la réponse cinglante des studios MGM à qui il essaya de vendre les premières aventures de Mickey Mouse : un dessin animé avec une souris en vedette ne marchera jamais !

La présentatrice vedette Oprah Winfrey, qui non seulement a vécu une enfance entachée par la dureté et les abus, s’était entendu dire qu’elle n’était pas faite pour la télévision, ceci tout en étant licencié de son poste de reporter. Comme mademoiselle Rowling et monsieur Disney, la star du petit écran ne s’est pas laissé abattre, et a gravi les échelons jusqu’à devenir l’une des femmes les plus marquantes et les plus influentes du monde.

- Éloignez-vous de votre zone de confort.

Pour continuer ce cheminement afin d’être le (ou la) meilleur(e), vous devez vous éloigner durablement de votre zone de confort. Les recherches démontrent que chaque individu doit idéalement se trouver à peine à l’extérieur de sa zone de confort, dans la « zone optimale d’anxiété ». Cette dernière permet d’augmenter ses performances. Plus vous aurez la volonté de relever des défis, plus la zone optimale d’anxiété s’élargit .

Commencez modestement : si vous êtes sur la route, éteignez votre GPS par exemple ou encore, commandez un plat auquel vous n’avez jamais gouté au restaurant. Pourquoi ne pas approcher une personne que vous ne connaissez pas pour engager la conversation ? Si ces idées ne fonctionnent pas toujours, elles vous permettent de considérer les choses sous une perspective différente.

Demandez-vous également si à la fin de votre vie, vous pourriez regretter de ne pas avoir fait un choix en particulier. Il est essentiel que vous expérimentiez et que vous arriviez à vous imaginer dans le futur en train de repenser à un choix en particulier, fait dans le présent. Ceci a son importance d’autant plus que nous avons plutôt tendance à craindre les risques à court terme. Quoi qu’il en soit, il y a également de fortes chances pour que nous regrettions (une fois plus âgé) de ne pas avoir pris plus de risques par le passé.

Croyez-le ou non, mais en prenant des risques contrôlés et conscients, vous arriverez à faire face aux défis les plus inattendus avec un naturel déconcertant.

- Mettez-vous en avant.

En vous mettant en avant ainsi que votre savoir-faire, vous donnerez l’occasion aux gens de voir et de reconnaitre ce savoir-faire. Cela peut être particulièrement angoissant de dévoiler le premier manuscrit de votre roman à une tierce personne, de partager votre photo sur internet, aux yeux du monde entier, cependant, en procédant ainsi, vous vous exposez consciemment aux avis et critiques. Concernant ces derniers points, gardez en tête qu’il s’agit de la seule manière qui vous permettra de vous améliorer et d’atteindre votre objectif : devenir le meilleur.

Si vous êtes un(e) artiste, créez un site internet afin de pouvoir exposer des échantillons de votre travail. Contactez des galeries, des chaines de café, et proposez-leur d’exposer vos travaux.

Mettez votre réseau en action ! Lorsque l’occasion se présente, participez aux évènements professionnels liés au domaine d’évolution. Si vous voulez devenir un artiste reconnu, assistez aux vernissages et aux ateliers. Pour devenir un grand érudit, assistez aux meilleures conférences. Vous devez vous rendre compte par vous-même de ce que font les autres, mais être prêt à parler de votre travail à votre tour.

- Ne cessez jamais d’apprendre.

Même si la réussite est au rendez-vous, vous ne devez jamais cesser d’apprendre (il ne s’agit pas seulement de tirer des leçons de ses erreurs !). Continuez à observer les actions menées par les gens pour arriver à leurs fins et inspirez-vous pour vos propres desseins.

Faites de votre mieux pour vous améliorer chaque jour qui passe. Pourquoi ne pas vous investir dans une cause qui vous tient à cœur ou user de vos talents d’écrivain pour prendre contact avec un ami ? En faisant montre de gentillesse et de compassion, vous vous sentirez en paix avec vous-même, puis vous aurez suffisamment confiance pour atteindre vos objectifs.

Faites preuve de curiosité. Être très bon en mathématiques ne doit pas vous empêcher de voir ce qui se passe du côté de la littérature ou de l’histoire. Si vous êtes en plein apprentissage de la danse, pourquoi ne pas faire une petite incursion dans l’univers de l’art ou de l’informatique ? En apprenant des choses nouvelles, votre cerveau s’en trouvera stimulé, vous éviterez de vous noyer dans vos habitudes. Il s’agit là de faire de la place pour l’inventivité et la créativité ! De plus, cette curiosité vous permettra de mettre au défi cette tendance que nous avons tous naturellement à nous tourner vers les informations qui vont dans le sens de nos jugements habituels.

En vous tournant vers ceux qui vous entourent pour demander des conseils et des informations, vous stimulerez votre propre grandeur d’esprit, ceci, même si ces données ne concernent pas vos domaines de prédilection.

- Ne restez pas seul(e).

Que vous ayez pour objectif d’être le meilleur ne doit pas vous empêcher de demander l’aide et les conseils d’autres personnes. Il n’existe pas une seule personne sur Terre qui a réussi quelque chose sans jamais avoir été aidée par quelqu’un d’autre, que ce soit à l’école, par un geste de bonté ou en ayant accès à des aides sociales.

Une fois que vous avez atteint votre objectif, n’oubliez pas de donner en retour à tous ceux qui vous aident d’une manière ou d’une autre tout le long de votre cheminement. Il peut s’agir de la personne qui a accepté d’éditer votre premier manuscrit, de la personne qui vous a convaincue de suivre une voie en particulier, de la personne qui vous a appris à encoder, etc.

Source : https://fr.wikihow.com/devenir-le-meilleur

TOP